Se lancer

Mincir durablement : Rien ne va disparaître !

Mincir de manière durable est compliqué et c’est souvent une promesse que les vendeurs de régimes ne peuvent tenir. C’est parce qu’ils ne vous font pas appliquer les bonnes méthodes pour mincir durablement et garder la ligne sur le long terme. Je vais tenter de vous y aider.

Quand un magasin est en liquidation judiciaire ou mis en vente, on voit souvent sur la devanture « Tout doit disparaître ! » écrit en jaune fluo dans une énorme étoile rouge comme si on voulait vous annoncer la meilleure nouvelle de votre vie.

Le problème est que c’est plus ou moins ce que risque de penser votre cerveau à un buffet, à un repas de famille ou encore chez des amis. Vous allez avoir tendance à penser que vous devez dévorer un maximum de choses car, une fois la soirée passée, elles ne seront plus à votre portée. Vous devez donc tout faire disparaître ! Ce sera alors la pensée qui vous occupera majoritairement TOUTE la soirée : manger !

Cet état d’esprit sera d’autant plus le vôtre si vous êtes en pleine période de régime (pas bien !). En effet, vous vous serez certainement gardée cette soirée comme l’exception dans votre semaine de dures restrictions, votre « cheat meal » tant espéré, votre Graal à vous.

Ce qui va se passer sera alors naturel : Vous serez le premier à vous servir (ou vous attendrez un peu histoire de faire bonne figure), vous serez le premier à en reprendre, vous goûterez à tout pour ne rien louper et, arrivé à la fin du repas, au bord de l’explosion, vous continuerez sur le même schéma et mangerez jusqu’au dernier petit dessert (en plus c’est du sucré, votre péché mignon, faut pas déconner !).

Et une fois passé ce moment de défoulement intense (qui a bien duré au moins 1h30, il faut le préciser), une fois passée la satisfaction du « devoir accompli » et de la dopamine bien injectée dans le cerveau, vous commencerez la phase de CULPABILISATION.

Vous vous dégoûterez de ne pas avoir su vous retenir comme vous vous l’étiez promis, ou simplement votre sensation de trop-plein vous fera réaliser que vous avez dépassé les bornes.

« Mais pourquoi suis-je incapable de me retenir ? » « Pourquoi je n’arrive pas à m’arrêter quand je n’ai plus faim ? » « Comment je suis censé savoir quand je n’ai plus faim ? »

La réponse est facile à comprendre mais moins aisée à mettre en place : vous ne vous écoutez pas !

Ne vous restreignez pas dans la semaine, sous prétexte qu’un repas gargantuesque vous attend le week-end. Vous avez envie d’un croissant un mardi matin ? Mangez-le ! Non, le croissant n’est pas un aliment diabolique, non vous ne reprendrez pas 500g rien qu’à le regarder. Si vous en avez envie plutôt que de vos biscottes sèches avec une couche de beurre invisible et une pomme fripée, alors allez acheter ce croissant !

Mais attention ! Vous devez l’acheter, vous installer calmement et sans distraction (si vous êtes dans le métro on peut considérer que c’est un brouhaha ambiant et non une vraie distraction) : on ne parle pas, on ne regarde pas de vidéos, on ne lit pas un livre. On prend au moins cinq looongues minutes pour savourer ce moment d’intimité avec notre croissant. La première bouchée, fermez les yeux, découvrez la sensation que cela vous procure, le croustillant de l’aliment, son goût de beurre et de sucre. Vous en aviez envie et il est là ! Vous le dégustez ! Essayez vraiment d’apprécier chaque bouchée, pas simplement la première et la dernière. Ressentez l’effet que cela vous procure.

Alors oui, ça ressemble beaucoup à une chronique pour aider une jeune fille de 15 ans à découvrir son corps. Mais, ne sommes-nous pas un peu dans ce cas ? A voir les faits, nous n’en sommes pas loin !

Quel que soit l’âge que nous avons, nous avons passé notre vie à être obsédés par la nourriture et nous devons maintenant (ré)apprendre à l’aimer, à la découvrir. Nous devons apprendre à reconnaître notre sensation de faim, de satiété, à quel moment nous mangeons uniquement par envie ou pulsion. A l’intérieur de nous, il y a donc bien une jeune personne qui souhaite apprendre à se connaître, pour vivre mieux, pour s’aimer.

Alors pourquoi « rien ne va disparaître » ? Parce qu’en écoutant vos envies quand elles viennent, en allant boire un thé et manger une pâtisserie avec une amie, en vous arrêtant acheter une part de tarte aux pommes chez le boulanger quand vous ressentez une VRAIE faim vers 17h, alors vous réalisez que tous ces aliments si bons et appétissants seront toujours là. Qu’il ne sert à rien de tout engouffrer lors d’une seule soirée car, le lendemain, ces aliments existeront toujours sur terre et seront toujours à votre portée.

Si vous n’avez plus de place pour ces superbes macarons à la fin du repas, que vous sentez être arrivé à votre sensation de satiété, il faut apprendre à ne pas y goûter. Et maintenant vous savez que si le lendemain vous y pensez encore et que vous en avez quand même sacrément envie, rien ne vous empêchera d’en acheter 1 ou 2 pour les déguster soit en dessert, soit en collation, mais en en profitant vraiment car vous aurez FAIM.

Exercice à mettre en place :

Pendant une semaine, mangez UN aliment qui vous fait réellement envie CHAQUE jour. Ce qui nous fait donc 7 aliments « plaisirs » par semaine (pas mal non ?). PAR CONTRE, vous devrez à chaque fois faire ceci :

  • Prendre l’aliment dans votre main
  • Le regarder sous toutes ses formes : paraît-il croustillant ? moelleux ? généreux ? beau ? C’est ici que l’on commence à manger avec nos yeux
  • Le sentir, en fermant les yeux : à quoi vous fait-il penser ? plutôt sucré ? salé ? doux ? acidulé ? On continue donc en découvrant l’aliment avec son odorat
  • Regardez-le à nouveau puis prenez votre PREMIÈRE BOUCHÉE, les yeux fermés : que ressentez-vous ? Laissez-le quelques instants entre votre langue et votre palais puis mâchez-le lentement, sentez les saveurs se répandre dans votre bouche. Croquer cet aliment vous fait-il saliver ? Essayez de repérer des sensations différentes à chaque coup de dents.
  • Une fois que vous avez extrait toutes les sensations de cette bouchée, avalez et notez également ce que vous ressentez.
  • Vous pouvez ensuite regarder à nouveau l’aliment, attendre une dizaine de secondes au moins et le croquer à nouveau. Si vous en ressentez l’envie vous pouvez le poser entre les bouchées, fermer les yeux pour vous concentrer à nouveau sur vos sensations, etc.

C’est assez long à écrire et à lire mais vous verrez que c’est très simple, et surtout agréable, à vivre. Evidemment, il est plus simple de faire cet exercice quand l’on est seul, à moins d’être entouré par des gens très ouverts d’esprit qui comprennent votre démarche (vous êtes chanceux, gardez-les !) ou encore d’être avec des personnes dont l’avis vous importe peu, comme dans le métro par exemple. Si vous le faîtes en famille, proposez cette activité comme un jeu ou une découverte !

Commencer par cet exercice est essentiel pour vous reconnecter doucement à vos sensations. Au fur et à mesure des exercices, vous verrez que la sensation de faim reviendra vite mais que la sensation de satiété sera plus dure à identifier. Ne vous inquiétez pas, cela prendra peut-être un peu de temps, mais vous allez y arriver !

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :